lettre à l’autre

16 mars 2011

C’était pour toi que je voulais écrire,
Parce que tu n’as pas connu cela :
La vie simple, le souffle chaud d’août.

Tu n’as pas idée comme ça peut être lourd un soir d’été,
On rôde dans la maison, à la recherche d’un courant d’air,
On ouvre toutes les fenêtres.

C’est une chaleur à écrire dans le noir,
De peur qu’une lampe allumée n’attire trop de moustiques,
A écrire à l’aveugle entre chien et loup.

Ni jour ni nuit, tout comme toi,
Ni noir ni blanc, ni encre ni plage :
J’écris au crayon gris sur papier gris.

Une ombre à peine perceptible sur le papier,
A ne pas savoir si je pourrais me relire au matin,
A risquer que le texte n’ait jamais eu lieu.

Un tracé aussitôt disparu,
Tout comme toi,
Mort avant que d’être né.

Seul compte le mouvement de ma main
Courant consciencieusement sur le papier,
Libérée de tout objectif.

Texte sans corps, vie sans mémoire,
Il ne s’agit pas de laisser une trace,
Juste garder le rythme.

Il fait un très grand calme dans le ciel encore blanc,
Léger frémissement des arbres,
La main court encore, contente et pressée.

Deux oiseaux viennent de traverser le ciel,
En toute confiance,

Et demain nous irons vers la mer.

One Response to “lettre à l’autre”

  1. claire Says:

    c’est beau
    merci
    les mots me manquent
    on attendait ton retour
    il est puissant


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :