mottekami

2 avril 2011

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

d’après philippe picquier (éditeur), la littérature japonaise décrit toujours un monde flottant, où l’on avance entre le réel et la fiction comme sur un tapis roulant, avec un sentiment très fort de l’éphémère.
flottant, flottante, ma vie ressemble fort à un roman japonais…

(à ceux qui ont trop les pieds sur terre : on peut-être faire quelque chose ensemble ?)

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :