journal de Nanouk l’Eskimo

14 décembre 2011

« Quand on veut aller vite, en kayak, cela ne sert à rien de pagayer très fort. Il faut donner le coup de pagaie juste au bon moment, en profitant de la force des vagues, au lieu d’être bousculé par elles ». Garder son cap tout en se laissant porter par le flux des jours, ce que les chinois appellent la « propension des choses » : subtil équilibre entre tenir et lâcher. Bonne journée !

Publicités

5 Responses to “journal de Nanouk l’Eskimo”

  1. popper Says:

    superbe qualité des photos et de ton regard pour glaner les dons du ciel

  2. blogtite Says:

    Nanouk était assurément un fin philosophe. Ce qu’il ne dit pas c’est qu’il faut parfois savoir juste « lâcher », relever les pagaies et se laisser porter par le courant en regardant la banquise… Non ?

  3. Laure Says:

    J’essaie de garder en mémoire ce refrain d’une chanson de Rezvani chantée par Jeanne Moreau :

    J’avais un ami qui me disait toujours
    « Il faut faire le p’tit bouchon au gré de l’eau »
    Chacun fait sa vie comme il peut et la vie
    Fait de vous ce qu’elle veut, ce qu’elle veut, ce qu’elle veut

    J’avais un ami qui me disait toujours
    « Toi et moi, soyons comme deux petits bouchons »
    Laissons-nous glisser, laissons faire le courant
    Soyons deux petits bouchons qui vont, qui vont, au fil de l’eau…


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :