à la marge

19 décembre 2011

Avant je rêvais d’un grand cahier où tout tienne de manière cohérente. Maintenant, j’en ai toujours deux à portée de main : le cahier officiel du projet le plus important (en ce moment, le cahier du travail pour lequel je suis payée). Le second pour noter toutes les pensées périphériques (restes de rêves, idées saugrenues, gens à qui je pense, mots qui s’imposent,…) tout ce qui frappe à la porte de mon esprit mais qui n’a rien à faire dans le cahier numéro 1.  Accepter le désordre des idées libère la créativité : deux cahiers comme deux jambes pour avancer.

Maison feu d’artifice-fusée prête à décoller (dessin d’A.)

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :