mémoires

30 mars 2012

Larmes de pierre, L’arbre de l’oubli. Deux livres écrits par Alexandra Fuller sur son « enfance africaine », dans un pays en guerre pour son indépendance, la Rhodhésie. « Elle raconte dans ses livres la vie dans la ferme familiale et les tragédies vécues : l’alcoolisme de sa mère après le décès de trois de ses enfants, le racisme de son père, le viol de sa sœur, les guerres en Afrique australe. »

Mardi à la radio, elle expliquait l’honnêteté brutale de son point de vue d’enfant : « j’écrivais ce que je voyais, et c’était la vie ».

illustration : Renaud Perrin

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :