au temple

16 octobre 2012

« Dans le mouvement du temps qui passe, laisser vibrer une marge de non-vouloir, acquiescer à la limite incertaine des damiers du Tofuku.ji. » Cette langue précieuse m’étonne chaque soir. 87 pages = 87 jours ? Le sujet me passionne, pourtant sur la beauté de la mousse assez vite je m’endors.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :