rêver la saveur du temps

15 décembre 2012

Cela passait par la mémoire,
venait très doux

comme une main posée sur l’épaule,
une victoire distraite de l’absence.

Le matin seulement,
sur ses premiers pas,

une rouille fugitive
pour surprendre la saison.

Non l’avenir
qui se grime en promesse,

mais ce bord perdu

à rêver la saveur du temps.

 

Paul Farrelier
In tes rives finir, © l’arbre à paroles, 2004, p.35

DEC 009

Publicités

One Response to “rêver la saveur du temps”

  1. Conand Says:

    Je ne sais pas très bien quel commentaire laisser : mais j’ai apprécié cet instant poétique qui tranche avec mon bureau…
    Bises Ben,
    Hélène


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :