la seconde enfance

27 février 2012

Enfant, si proche encore de ta naissance
A ton tour, tu connais l’enfantement
Le monde n’est pas, tant que tu l’ignores
Tu le vois, toujours pour la première fois !
Ton regard l’enfante, l’invente, l’enchante
Aube d’été, bleu de ciel et bleu de mer
D’un seul feu. Tout est don, tout t’est offert
Espace un coup de rafale sans limite
Et le temps le trot d’un âne sans fin
La brume ayant établi tous les ponts
Une chenille ouvre la voie des dragons
Toi, tu suis la sente à travers fougères
Menant aux trésors : sauterelles – cascade
Libellule – alouette, noix – jades – étoiles…

Mais au cœur du monde, tu connaîtras tôt
La douleur des arrachements, les affres
De la nostalgie. Pour toi désormais
Quelle survie autre que la seconde enfance ?

François Cheng

et bientôt le printemps des poètes… Affiche : Joëlle Jolivet

Publicités

31 janvier 2012

« J’ai perdu ma voix » dis-je à P. alors que je n’arrivais plus à lire l’histoire.
« Où » ? interroge-t-il avec ses yeux écarquillés en cherchant par terre sous nos pieds.

image CLothilde Perrin « Au même instant sur la terre », éditions Rue du Monde
(un livre accordéon en 24 fuseaux horaires)

réclame

12 janvier 2012

Bientôt la fête du livre de Saint-Paul sur un joli thème… « Seul ou ensemble ? »
Le duo auteur-illustrateur Fred Bernard et François Roca est « invité d’honneur ». « Complices d’évasion (c’est le titre de l’exposition qui leur sera consacrée).

Affiche de François Roca.

un lieu, des gens

4 janvier 2012

Dans sa « grandimage », Cécile Gambini a dessiné des souvenirs du moulin à huile (d’olive) où vivait sa grand-mère. S’y côtoient de multiples saynètes de ses vacances dans cette grande maison de famille vivante et cocasse. Ça m’adonné envie de faire la même chose avec Ribière, La Bruyère, Ker Bihan ou Champ de payre (ici même). Et vous, quels lieux vous habitent ?

Détail de « Chez mémé », Cécile Gambini, éditions La maison est en carton

 

 

 

autour du trait

7 décembre 2011

Heureux les cailloux et les dompteurs de papier…
Tout un programme poétique…
Qui veut aller aux Vans avec moi ?

 

Il y a des livres que j’achète juste à cause d’un mot, d’une image, d’un titre.
Celui-ci recèle à la fois une petite maison, des accents d’ailleurs et une très belle relation. Que demander de plus ?

Les poings sur les îles, texte élise fontenaille, illustration violeta lopiz, éditions du Rouergue

une boussole dans son coeur

28 septembre 2011

Il y a plusieurs voyages dans ce Beau voyage (une histoire dans un livre prolongée par un film d’animation somptueux). J’aime bien samuel Ribeyron quand il fait pousser des maisons. Où l’espace intérieur n’en finit pas d’ouvrir des portes sur d’autres horizons.

voir un extrait : http://www.editions-corridor.fr/beau_voyage.html
le blog de samuel : http://www.samuelribeyron.blogspot.com/